Ils sont là, ils nous observent.

D’abord on ne sais où aller … Le sens obligatoire nous révulse !

On se laisse aller dans l’artifice … Ciel.

Certains parviennent à s’échapper …

Sous les pavés, même pas la plage !

On tente de tromper le réel dans une fausse nature…

Et l’on part … retrouver un peu du passé.

Dans le reflet de l’histoire ses siècles flamboyants.

Mais bientôt on s’échappe vers des lieux respirants.

Et on suit le fleuve tranquille et lisse.

Jusqu’à la Mer … Pour s’embarquer vers une île inconnue,

Et là, rencontrer l’éléphant de pierre .

Puis regagner l’estran immense et venteux.

Un autre jour, regarder ses petits enfants qui tentent de courir plus vite que leur ombre !

Plus tard s’extasier devant tant de grâce.

Tant de vie, qu’on ne sais voir…

Sous l’oudjat bienveillant d’un boulot centenaire.

Comme un clin d’oeil des cieux qui nous redonne espoir…

error: Contenu protégé