A force de s’entendre dire qu’elles étaient souvent à côté de la plaque, Marie-Cécile et Cachou ont commencé à s’intéresser au sujet et à s’échanger quelques photographies prises au cours de leurs périgrinations respectives, et parfois mêmes communes (« ha ! tu l’avais pas vu, çui-là ! ha !« )

Le moment semble venir de partager avec vous ces petits riens, ces reportages de guère

Certaines photos ont été prises au détour de la route, à la faveur d’un feu rouge ou d’un carrefour désert, parfois avec un téléphone portable, ou  chemins (pédestres) faisant …. Notre vénérable lectorat voudra donc bien donc nous excuser pour la qualité inégale de cette production.

Rues, places, villages, … Difficile d’en réaliser un classement ordonné. Nous débuterons néanmoins par quelques antagonismes, car tel est notre bon plaisir :

 

1

2

3

4

Certaines plaques incitent quand même à la rêverie, à l’envie d’y être …
Quelqu’un, quelque part, habite vraiment 132, rue des vacances. Ca pose son homme, une adresse comme ça …

D’autres, par contre, démontrent une adéquation indéniable de la cause et de l’effet, une créativité municipale à toute épreuve, une originalité sans bornes …

A noter aussi que quelqu’un, quelque part, habite VRAIMENT rue du Rompe-Cul …

Heureusement, l’humain peut aussi être facétieux, s’amuser d’un rien, déposer anonynement quelque clin d’oeil ou agrémenter avec talent l’ordinaire …

Et puis il y a ces plaques devant lesquelles on s’arrête parce qu’on se sait pas bien ce qu’elles font là, une Fourmi en plein Paris, une Prudhommerie dans un village de 200 habitants, une Cohue en un lieu perdu au milieu de nulle part, des incongrues, en somme.  Quant aux mogettes …….

Et il y a toutes celles, les plus nombreuses, qu’on ne comprend pas non plus mais qui racontent une histoire, un métier, un passé, celles qui nous interrogent en passant.

Mais rien ne vaudra jamais l’inconguité d’un nom somme toute banal confronté par la magie du hasard avec une réalité qui ne lui sied guère …

Nous espérons que ce petit voyage assis vous aura plu.
Les plus sagaces auront sans doute remarqué les numéros sous chaque photo. En voici la cause :

Jeu bonus numéro 1 : saurez-vous attribuer chaque photo à sa photographe ?
Jeu bonus numéro 2 : saurez-vous retrouver où sont ces rues (le 1er qui répond que la rue Fourmi est à Paris est disqualifié)
Jeu bonus numéro 3 : ajouter vos photos en commentaires, et si vraiment le mode d’emploi (fourni ici) vous rebute trop, envoyez les sur l’adresse de L’Espricerie (lespricerie@gmail.com), nous les publierons pour vous.

error: Contenu protégé