En rayons


La Cité du Roi Soleil.

Mais plus la nuit avance …
et plus je le trouve beau, moi, ce château !

Versailles, c’est aussi (surtout ?) un jardin. Un jardin rectiligne, « à la française », construit de perspectives un peu rigides où est censé se perdre le regard …

Mais, aussi beau soit-il, ce n’est pas celui-là que je préfère.
J’aime le Versailles des dédales, des bosquets, et de la solitude si près de la foule …

On y croisera alors quelques compagnons inattendus. Écureuil bondissant devant vos pas, corneille profitant des Grandes Eaux, oies bernaches se reposant de la grande traversée. Mais aussi ragondins, libellules, perroquets que d’autres ici ont mieux photographiés que moi !!!

Chaque année, Versailles ouvre son parc à des expositions d’art contemporain. Je n’en ferai pas ici l’inventaire. Peut-être juste un, un seul. Celui qui m’a le plus saisie : « l’ombre des étoiles« , installation de Lee Ufan en 2014, et découverte au milieu de nulle part, en un lieu totalement sauvage au cœur du parc et où mes pas ne m’avaient jusqu’alors jamais portée.

Un lieu de méditation, tellement éloigné des rectitudes et du bruit !

Mais revenons au Château, et regardons un peu ceux qu’on ne voit pas, et qui, pourtant indispensables, qui y exercent leur art : les jardiniers !

Mais parfois, y a des loupés …. (ou un jardinier taquin ?)

Mais les plus belles sculptures ne sont-elles pas celles que la nature a façonnées ?

On ne peut bien sûr pas quitter le château sans en saluer quelques statues, si multiples, si diverses, et si belles, que c’est pêcher que de si peu s’y attarder !

On ne peut pas terminer la visite sans passer par les (richissimes) Trianons et le (kitchissime) Hameau de la Reine Marie-Antoinette. Les ors, les marbres, les colonnades font soudain place aux chaumières et aux animaux de la « Ferme », espace aussi plaisant que factice …

Mais Versailles, ce n’est pas qu’un Château et un parc. C’est aussi une ville, construite non pas autour, mais à partir du Château en larges avenues qui partent toutes de la « Place d’Armes » et se dirigent vers les bourgades sans noblesse de sa « périphérie » : Avenue de St Cloud, Avenue de Sceaux et Avenue de Paris. Elles seront croisées perpendiculairement par, bien sûr, le Boulevard de la Reine et le Boulevard du Roi.
A noter que Versailles possède aussi une Place de la Loi …

Mais il y a un jour pourtant où la vie s’arrête, un jour où le temps suspend son vol et où le travailleur lambda est bien embarrassé pour traverser la rue. Ce jour-là, on fait un saut dans le temps : les voitures ne circulent plus, le silence se fait, et l’ombre de la royauté plane à nouveau sur l’antique cité. C’est le jour où le roi (oups, pardon) le président convoque le Congrès.

La prochaine fois, nous visiterons les intérieurs royaux. Mais d’abord il faudra moi même que j’y retourne !

Au Grand Trianon
error: Contenu protégé