Peindre d’abord une cage
avec une porte ouverte
peindre ensuite
quelque chose de joli
quelque chose de simple
quelque chose de beau
quelque chose d’utile…
pour l’oiseau
placer ensuite la toile contre un arbre
dans un jardin
dans un bois
ou dans une forêt
se cacher derrière l’arbre
sans rien dire
sans bouger…

Parfois l’oiseau arrive vite
mais il peut aussi mettre de longues années
avant de se décider. 

Ne pas se décourager
attendre
attendre s’il le faut pendant des années
la vitesse ou la lenteur de l’arrivée
de l’oiseau n’ayant aucun rapport
avec la réussite du tableau.

Quand l’oiseau arrive,
s’il arrive,
observer le plus profond silence,
attendre que l’oiseau entre dans la cage
et quand il est entré,
fermer doucement la porte avec le pinceau
puis
effacer un à un tous les barreaux
en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l’oiseau.

  

Faire ensuite le portrait de l’arbre
en choisissant la plus belle de ses branches
pour l’oiseau
peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
la poussière du soleil
et le bruit des bêtes de l’herbe dans la chaleur de l’été
et puis attendre que l’oiseau se décide à chanter.
Si l’oiseau ne chante pas
c’est mauvais signe,
signe que le tableau est mauvais
mais s’il chante c’est bon signe,
signe que vous pouvez signer.

Alors vous arrachez tout doucement
une des plumes de l’oiseau
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

 

Jacques Prévert

Devant la tombe d’Aragon et d’Elsa Triolet

Mais quand on n’est pas poète et qu’on n’a qu’un appareil photo pour faire le portrait d’un oiseau, il reste juste la patience, ou la chance, … ou un bon zoom (!)

Et quand on n’a rien de tout ça, il suffit d’un peu d’imagination …

ou d’un enfant ….

error: Contenu protégé