Chapitre Cinq

En mission

LS — Tiens, puisque tu n’as rien de mieux à faire que traîner dans L’Espricerie et t’attarder sur ma page, je t’emmène en mission.
IM — …
LS — Mais oui, ça ira. C’est une mission de niveau 2, tu resteras derrière nous.
IM — …
LS — Eh oui ! nous aussi on fait un niveau 2 aujourd’hui. C’est une idée de Lefrère, pour montrer notre bonne volonté au patron et améliorer nos stats. Lefrère, c’est la loyauté envers tout le monde. Et surtout envers moi. Pas vrai, Lefrère ?
LF— Pas vrai…

 

LS — Nous allons nous transporter en centre-ville. La Bourse a signalé une femme dont le comportement attire l’attention depuis quelques jours. Il semble qu’elle se serve d’une double identité, ou qu’elle ait deux attitudes, selon les jours, on ne sait pas trop. C’est pour ça que la Bourse a publié l’affaire.
IM — …
LS — C’est une bonne question. L’attention de qui ? Voyons… Des femmes qui n’ont pas cette attitude peut-être. Ou des femmes qui ont eu cette attitude et qui l’ont corrigée. Ou des femmes qui pensent qu’elles pourraient l’avoir… La Bourse ne donne pas trop de détails du dossier pour ne pas gêner l’investigation.
LF — Oui, ou tout simplement parce qu’elle n’en a pas !
LS — Lefrère, tu es prié de nous épargner tes sarcasmes.
IM — …
LS — Oui, uniquement des femmes. Si elle avait été signalée par des hommes aussi, ça serait un niveau 2 avec une mention. Mais là, c’est un niveau 2 simple.
IM — …
LS — Parce que l’affaire concerne la Civilité et l’Égide. Plus précisément l’égide des jeunes. Certains jours, la femme se poste à proximité du bâtiment, parfois pendant plusieurs heures. D’autres jours, elle s’occupe de différentes façons : elle regarde les vitrines, attend le bus, fait les cent pas… Mais jamais elle ne s’éloigne de l’accès à l’Égide.
IM — …
LS — Une femme qui ne fait rien de précis dans la rue, forcément, ça attire l’attention. On est dans la rue parce qu’on a quelque chose à y faire. On revient de quelque part ou on y va. Si cette femme a vraiment du temps à perdre, elle le fait chez elle ou dans des endroits appropriés. Mais pas dans la rue.
IM — …
LS — Mais la liberté est autorisée sur Geià !
LF — Et nous sommes là pour dire quand elle est interdite…
LS — Lefrère !!!

 

LS — D’après le signalement, c’est la petite dame brune avec le turban violet. Lefrère, on va l’aborder calmement, d’accord ? Toi, tu nous suis, tu regardes, pas un mot. Normalement, tu n’as pas à assister à une intervention en direct.
IM — …
LS — J’ai dit pas un mot.

 

LS — Bonjour Madame, agent Lesage, SR2V.

error: Contenu protégé