En rayons

PROLOGUE

ette histoire véridique, me vient pour partie d’un oncle berrichon qui lui-même la tenait de son grand père, lequel l’avait entendue de la bouche-même de … On peut ainsi remonter loin dans le temps la chaîne des « transmetteurs » pour attester de la véracité des faits rapportés. A ceux qui seraient tentés par le doute, je dirais que j’ai trouvé moi-même confirmation de cette belle histoire un été lors d’un voyage à la pointe du Raz où l’on peut encore admirer, dans le bourg de Primelin, la magnifique chapelle édifiée sur l’emplacement de l’ermitage du saint homme.

Curieux d’en savoir davantage, je me suis rendu à pieds à Landévénec où j’ai pu consulter, avec l’accord du Père Prieur, les grimoires de l’Abbaye de Saint Guénolé..

La vie de Saint Tugen, peut-on lire dans « La vie des Saints de Bretagne », est émaillée de miracles qui ont fait de lui le protecteur des voyageurs bretons. Car sachez le, les voyageurs sont, ailleurs dans la chrétienté, protégés par d’autres et très nombreux saints. Tous sont remarquables tant étaient grandes leurs prouesses et émerveillables les bienfaits qu’ils répandaient autour d’eux. Mais Saint Tugen les dépassait tous  en prodiges de toutes sortes, faisant fuir les loups  et guérissant les plaies et morsures qu’ils infligeaient aux pélerins et marchands. Ses clefs ont gardé ce pouvoir et l’on voyait encore récemment lors du Grand Pardon des malades se relever à leur simple contact, guéris des séquelles de leurs infirmités tandis que s’effaçait jusqu’à la moindre trace des anciennes blessures.

Le récit que je vous livre est une compilation de quelques unes des sources orales et écrites dont nous disposons aujourd’hui et dont j’ai publié quelques pages dans un précédent ouvrage. J’ai choisi à dessein les chapitres qui m’ont paru les plus dignes d’intérêt et d’enseignements pour le lecteur d’aujourd’hui. On ne s’étonnera pas d’y trouver  quelques anachronismes; les scribes et conteurs en effet font peu de cas de cette « Vérité Historique », obsession moderne pour les « faits » auxquels on s’attache hélas trop souvent aujourd’hui au détriment du sens profond des évènements. « La Merveilleuse Histoire de Saint Tugen » n’échappe pas à cette règle. Vous ne serez donc pas surpris si vous décelez  au fil de votre lecture des annotations glissées là par un anonyme inspiré et soucieux d’éclairer les âmes et les coeurs du lecteur ou de son auditoire.

Mais jugez par vous-mêmes, je ne suis ici que l’humble dépositaire  et le scribe obscure qui consigne pour les générations futures une tradition orale qui, avant d’être couchée par écrit, se transmettait dans les chaumières le soir au coin de la cheminée, la veille du jour du Seigneur, « pour se moquer … un peu   de M’sieur l’curé, car , sauf vot’ respect, y faut ben l’dire ! On a beau avoir voué sa vie à Dieu, on n’en est pas moins homme ! Et des fois ! … Dame ! … Ben ça vous échappe avant qu’ d’y penser  à mal ! »

Livre I

ENFANCE ET VOCATION DE SAINT TUGEN

 

Chapitre 1- L’enfance de St Tugen

Tempête en mer d’Irlande

 

 

 

 

 

 

FIN DU CHAPITRE 1

Le CHAPITRE 2 – La Vocation de St Tugen – Est loin d’être dessiné. Encore à l’état d’ébauche, alors patience …

error: Contenu protégé