• Nom de nom, ils me les ont ratiboisés ! Digérés, mes plants de courgettes. Disparus. Comme s’ils n’avaient jamais existé. »

Papy Edmond n’en croyait pas ses yeux, et ne pouvait que constater les dégâts. Et faute de trouver une âme compatissante à laquelle confier ses déboires, il soliloquait. Installés la veille au crépuscule pour échapper à l’ensoleillement le plus ardent de cette fin de printemps caniculaire, ses jeunes plants de courgettes avaient succombé en une seule nuit. A un ennemi sournois et très certainement supérieur en nombre. Et cet ennemi n’était autre que le gastéropode. Limace ou escargot, peu importait ! Ces satanées bestioles avaient fait leur marché dans son jardin, même si en théorie, les excès de la température auraient dû les cantonner au frais. Hélas, la relative humidité de la nuit avait suffi à les stimuler. Apparemment, la friandise proposée par le vieux jardinier valait la peine de s’aventurer hors de leur cachette et de braver les extravagances du thermomètre. Ah, ils n’avaient pas raté leur coup les baveux ! Les traces de mucus sur les tiges dévorées et privées de leurs feuilles, attestaient du passage des loches et autres lumas, et prenaient des allures de signature de leur forfait. Ça ressemblait à s’y méprendre à de la provocation. A de l’outrecuidance. Ça fleurait bon la foi en une totale impunité aussi.

La demi-douzaine de plants de courgettes qui étaient censés produire des orgies de ratatouille tout l’été avaient fait long feu. Réduits à l’état de moignons pathétiques, de rogatons pitoyables, qu’un coup de binette rageur achèverait pour leur épargner des souffrances supplémentaires, et à Papy Edmond de contempler les preuves de son échec. En somme, le vieux jardinier était bon pour un retour à la case semis.

Passablement écœuré par tant d’audace, le pauvre Edmond s’était réfugié dans sa maison. Il avait retiré sa casquette et s’était littéralement effondré dans son fauteuil, anéanti. Le regard halluciné, il avait paru contempler le carrelage de la cuisine comme s’il le voyait pour la première fois. Mais ça ne faisait pas de doute ; ses yeux se portaient bien au-delà de ce sol fraîchement passé à la serpillière par Mammy Huguette.

Son couvre-chef dans une main, il semblait avoir essuyé une défaite cuisante, une redite de Waterloo jumelée à une resucée de Trafalgar dans son propre potager. Les déroutes à domicile sont les pires ; n’importe quel footeux vous le confirmera…

Tout en exposant les causes de son désarroi à sa moitié, il se grattait le crâne en cherchant où il avait raté le coche. Il s’était focalisé sur les effets du soleil. Ça, il l’avait correctement anticipé. Allié incontournable du jardinier, le soleil savait à l’occasion se faire pyromane, destructeur de plantations novices. Et quoi de plus déplorable que de retrouver des plants de laitue littéralement cuits sur pied par les caprices de ce vieux farceur incandescent ! Et donc, en agissant à la fraîche, Papy Edmond avait pensé s’affranchir du risque de cuisson prématurée. Mais c’était évidemment sans compter sur les carnassiers rampants. Il les avait ignorés et ces sales bêtes s’étaient rappelées à son souvenir.

  • Cochonnerie d’hermaphrodites !…

Il ne savait pas trop pourquoi ça lui était venu comme ça, cette injure ! Tout dans le gastéropode suscitait en lui des bouffées de haine. Son appétit, son mode de déplacement, sa sexualité…

  • Bon, c’est pas parce que tu dois refaire tes plants de courgettes que ça te donne le droit de salir la maison avec tes godillots ! Et encore moins de sortir des grossièretés !

Décidément, la journée commençait mal pour Papy Edmond. Veillant jalousement sur la propreté de son carrelage, Mammy Huguette avait tiré son époux de ses rêveries apocalyptiques. Au passage, elle avait cru bon de lui rappeler que sa maison pour modeste qu’elle fût, restait un lieu où l’on était censé modérer son langage.

  • Mais Huguette, « cochonnerie » n’a rien d’ordurier !

  • « Cochonnerie » peut-être, mais « Irma-chose », j’en suis moins sûre !

  • Hermaphrodite.

  • C’est bien ce que je dis, ne me raconte pas d’histoires, Edmond. Avec un nom pareil, ça se passe forcément en dessous de la ceinture…

En l’occurrence, elle n’avait pas complètement tort, Mammy Huguette ; mais ses crises de pudibonderie langagière commençaient sacrément à courir sur le haricot de son Edmond de mari. Il avait beau faire preuve d’indulgence envers elle, des fois, il n’en pouvait plus. Depuis que le chirurgien avait farfouillé dans son bas-ventre, elle n’était plus la même, son Huguette. Elle s’était comme ratatinée à une époque où l’on lavait au savon la bouche d’un garnement qui avait laissé fuser un « merde ! » par mégarde. Alors, si Papy Edmond ne pouvait plus jurer devant l’adversité – qu’elle résultât ou non des agissements des cagouilles et de leurs apparentés – la vie ne manquerait pas de devenir rapidement insupportable. Aussi, avait-il pris l’habitude de se défouler en l’absence de Mammy Huguette. Ainsi, toute escapade de son épouse hors du logis se soldait invariablement par l’éructation d’un florilège de jurons qui permettait à Papy Edmond d’entretenir son vocabulaire, sans encaisser les remontrances outrées de son Huguette.

Dans un tel contexte, il avait jugé inutile de détailler plus encore cette notion d’hermaphrodisme, estimant que toute explication n’aboutirait qu’à envenimer la situation. Pour Mammy Huguette désormais, de l’hermaphrodisme à la partouze, il n’y avait que l’épaisseur d’un fluide corporel. Il était donc ressorti à la seule fin de bougonner tout son soûl, et accessoirement de trouver quelque parade aux raids nocturnes menés par les gastéropodes.

Il ne prêta donc pas attention à Huguette, quand elle ajouta que le docteur avait téléphoné pour indiquer qu’il était parvenu à lui avancer son rendez-vous chez le cardiologue. De toute façon, Papy Edmond considérait qu’il n’avait plus que des tracas de jardinier. Le reste de ses soucis – y compris sa santé – était passé au second plan depuis le désastre constaté le matin.

Evidemment, si son Huguette ne s’était pas depuis peu convertie à un végétarisme sans faille, il n’en serait pas là. Il aurait commencé par ramasser les fauteurs de troubles et les aurait embastillés dans l’un des vieux clapiers. Il aurait ainsi neutralisé une partie des voraces qui effectuaient leurs razzias dans son potager. Quand sa cueillette lui aurait parue suffisante, ils se seraient offerts, lui et son Huguette, une ventrée d’escargots et de beurre d’ail arrosée d’un petit blanc de derrière les fagots. La métamorphose des indésirables en repas festif constituait une option qui aurait eu les faveurs de Papy Edmond. Sauf que Mammy Huguette ne l’envisageait plus sous cet angle. La souffrance de la cagouille ébouillantée lui était devenue intolérable. Pourquoi fallait-il que la vie se compliquât sans arrêt, à la faveur des nouvelles marottes de sa femme ?

Alors, il s’était dit qu’il ramasserait pêle-mêle limaces et escargots, à la nuit tombée et à la lampe électrique, et qu’il irait les relâcher ensuite dans un bois à six bons kilomètres de là. Tant pis pour le bilan carbone de l’opération ! Le temps que ces foutues bestioles reviennent, il aurait le temps de récolter ses courgettes.

                                                                                          Suite & fin tout prochainement…

error: Contenu protégé