Je regarde enfin mes photos de vacances, et si je m’écoutais, sur l’instant je les jetterai toutes. J’ai l’impression d’avoir déjà fait tant de fois les mêmes !
Et puis, en les regardant mieux, je me demande pourquoi j’ai photographié ça plutôt que ça, quel intérêt j’ai pu trouver, à cet instant précis, à ce détail-là plutôt qu’à tel autre. Bon, visiblement, ce qui me plaît, ce sont les lignes, les ruptures, les accidents du linéaire.

Démonstration de tête en l’air ….

Une de ces photos n’est pas en noir et blanc, sauras-tu la retrouver ?

La mer calme sous le ciel bleu … Faut bien l’avouer : cette année, je n’ai pas eu de chance !

Heureusement, il reste les voiles et le dessin des phares, ou des moins phares.
Une certaine idée des vacances. L’insouciance, le bien-être. Et le danger ignoré.

Et au loin la ligne bleue des Pyrénées, et Biarritz qui somnole dans la brume en camaïeu de bleus. Lignes ou pas lignes, il faut parfois savoir la couleur conserver !

Je sens bien qu’ils ont leur place ici, les kaléidoscopes des reflets, même si je n’arrive pas bien à en décrire la logique.
Cet endroit est une réserve ornithologique dans laquelle je vais tous les ans traîner mes pieds et mon appareil photo. C’est à dire que je prends chaque année les mêmes oiseaux, les mêmes ragondins, les mêmes palissades menant aux postes d’observation, et les mêmes reflets. Les mêmes ? Ben, non … forcément, jamais les mêmes !
Morceaux choisis 2020 :

Et la belle Henriette, à marée basse, à marée haute, n’aura pas échappé non plus à ces lignes de fuites ….

Bon, je vous laisse, le Tour de Force des labos pharmaceutiques, euh, pardon le Tour de France passe en bas de ma rue. Je vais quand même aller faire un tour moi aussi, et avec mon appareil photo, on ne sait jamais …
Peut-être à la semaine prochaine. Ou pas.

error: Contenu protégé