“L’univers est une digestion, vivre, une action magique.” Blaise Cendrars

“Sait-on où la vie noumène ?” Kant, dira-t-on…

Cher ami,

J’attendais votre retour, du Mexique avec impatience afin de vous communiquer une nouvelle d’importance.

Après confrontation de la tablette découverte le : 18/07/ 2009  lors de fouilles, près du site tibétain de Nyalam, (aux confins du Népal) et portant signature : gNya’-khri-btsan-po, avec la stèle, trouvée il y a trois ans sur un minuscule îlot au large de la Crète, près d’Andkithera, voilà que le professeur Zabo, qui lors d’un premier examen entrevoyait la possibilité de la relier à celle du Tahat (Hoggar), une sorte de “chaînon manquant” en quelque sorte, crie à présent à la supercherie.

Or, il s’avère que la transcription qu’il m’a adressée, (sans le moindre commentaire !), me plonge dans la plus extrême perplexité. Elle est rédigée en Grec ancien. (ai-je besoin de vous rappeler  mes lacunes ?…)  J’ai donc fait participer un ami étudiant à sa traduction. Par la suite des équipes de chercheurs, linguiste, archéologues ont travaillés sur toutes les autres tablettes retrouvée de par le Monde… Après synthèse, Je vous livre, la version finale : avec quelques blancs ainsi que des passages, disons, étranges, mais que l’équipe a jugé bon d’interpréter dans le sens de la logique …  

                 Amitiés et à  bientôt,

Y . Givas

Première tablette découverte à Andkithera (Grèce) (silicium gravé ,signes apparentés au grec ancien,).  traduction approximative… 

 » J’adresse une véhémence de force neuf à l’entité primaire du Grand Ordre Gaïen à propos de l’inoculation de nouveaux virus visant à détruire les Hominis, au sein de Gaïa, mère de tous les vivants…

Certes, je ne suis actuellement qu’en phase de métempsycose aléatoire, mais mon rythme mental étant programmé en mode Alcyon, il entre dans mes attributions de m’élever contre toute intervention irrémicible à la matière vivante, fut-elle parasite, surtout si cette dernière est déjà menacée de disparition…

Ma protestation s’exerce en premier lieu à l’encontre des Doctes-Soigneurs qui outrepassent leur fonction. En effet, le problème de l’extinction d’une catégorie puisant sève et manne en Gaïa-Mum n’est pas du ressort d’entités aux valétudinaires pensées…

J’’estime qu’il y a là commission d’acte bionocide, aggravé par la transgression du principe déontologique du code Gaïen selon l’article 33  : “N’éteint point qui ne t’atteint

Par conséquent, j’ai décidé, après l’introspection purificatrice d’usage, d’intervenir en lieu et place afin de mettre en garde les Hominis de l’ignoble péril qui pèse sur eux. Et si je ne parviens à les y soustraire, du moins, aurais-je contribué à perpétuer la vie en les aidant à le surmonter…

Pour ce faire, et limiter le risque de perte de contact avec Gaïa-Mum, j’utiliserai l’ancienne prérogative augurale définie par l’article des Arcanes, qui stipule entre autres :

En cas d’urgence et lorsqu’il n’existe aucune incompatibilité notoire entre l’organisme visité et l’âme gaïenne qui désire l’habiter (sans distinction ni d’espèce, ni de caste…) un Gaïen Alcyon a toute latitude pour entrer en communication avec l’essence de l’entité suprême à l’aide du support de son choix, en usant s’il en est besoin des moyens de communication sensoriels de “l’organisme visité”.

En premier lieu, faute de ne pouvoir puiser directement l’information dans l’A.D.N. voire de manière télépathique, il me faudra explorer l’ensemble des pléthores amphigouriques humaines encore appelées langages : images non mentales, bruits, sons, musiques, paroles, (ondes ?), gestes, mimiques, codes, fumées (combinaisons algorithmiques ?) signes divers, inscrits ou non, … Et j’entends bien laisser des traces de mon passage dans différents idiomes Hominis afin que ces derniers puissent peut-être, un jour, en faire usage… »

À SUIVRE …

                            

error: Contenu protégé