Un mois après la petite mort et le rempotage !

Un jour où Gudule, épuisée par le foutu gliome cérébral, lui faisait la peau avec humour sur son traitement de texte, ses adorables voisins sont venus toquer à la porte. Quand je suis descendu leur ouvrir, ils m’ont remis pour ma malade une petite plante très jolie, visiblement choisie avec soin, et finement nommée « fleur de lune ».

Quelques semaines plus tard, j’héritai de l’orpheline, et l’adoptai.

Depuis, la malheureuse en a vu des vertes et des moins vertes, frôlant la mort suite à de coupables négligences arosatoires de ma part. Réduite à l’état de tas d’épinards trop cuits. Puis sauvée de justesse par un rempotage sportif et un vigoureux bouche à feuilles pour stimuler ses petits stomates agonisants ! Après cette alerte, peu rancunière, elle ne m’a plus quitté, à l’instar de la plante de Léon dans le film avec Jean Réno, vous voyez ? Je l’ai trimballée en bagnole des dizaines de fois, elle a parcouru des centaines de kilomètres au gré de mes lointains déplacements, par tous les temps. Aujourd’hui elle goûte une retraite bien méritée dans un home aussi douillet que sa Colombie natale, et de joie, elle a déployé puis élancé une fleur gigantesque à la conquête du plafond. Elle a énormément prospéré, et mon plus gros souci est d’empêcher les orangs-outans et autre faune envahissante de s’installer dans sa profusion verdoyante. Plus sérieusement, à six ans bien tapés, ma plantureuse (allez, osons le mot !) redoute un peu les voyages en voiture, accusant son mètre dix en hauteur, et un bon quatre-vingt de tour de taille. Sa sédentarité lui a fait prendre du poids, et son embonpoint lui poserait quelques problèmes pour boucler sa ceinture de sécurité. Mais à présent, elle donne naissance en son sein à moult fleurounettes qui se détortillent patiemment jour après jour pour rivaliser de beauté avec leur impétueuse grande sœur.

Généreuse et resplendissante, Fleur-de-Lune est le trait d’union spirituel entre ma princesse disparue et moi, dans ce vieux monde pauvre en amour.

error: Contenu protégé