A chaque fois, c’est un peu pareil …..

 

Ce ressenti, cette confiance. Ce sentiment d’invulnérabilité inaltérable.

Déjà se projettent l’aboutissement, la certitude d’une réalisation pleine et entière, malgré le nom imprononçable inscrit sur l’emballage.

 

On fait le vide. En soi et autour de soi.

On assemble, on s’assemble. Calmement, posément. Avec cette respiration tranquille, profonde et sereine. L’esprit se concentre, le geste se fait précis, net, efficace, et le monde alentour s’efface.

A chaque fois, c’est un peu pareil, et pourtant, non … jamais complètement.

Parce qu’il arrivera forcément un moment –jamais le même- où le doute s’insinuera, sournois et cruel, un moment où la projection idéalisée s’achoppera sur la logique, un moment où le gouffre de l’erreur possible s’ouvrira en une faille vertigineuse.

Surtout quand il vous reste entre les mains une insidieuse petite pièce, visiblement surnuméraire … Surnuméraire, vous êtes sûr ? ….

 

Les convictions soudain s’effondrent, la respiration s’essouffle alors que les pensées, affolées, s’entrechoquent dans un magma d’incertitudes. On relit les étapes, les unes après les autres, on traque l’erreur, la faille, on tente de se rassurer  …

A chaque fois, c’est un peu pareil, et pourtant, à chaque fois, on se laisse surprendre.

 

Submergés inexorablement par cette houle déchaînée de doutes, les plus faibles s’effondrent, pantelants, et crient grâce.

D’autres, plus teigneux, plus orgueilleux aussi, entrent en une lutte ardente : l’enjeu devient personnel, presque intime. Et leur fierté imbécile les contraint à cacher leur désarroi et leur faiblesse : ils sont inexorablement seuls devant l’obstacle …

Je fais partie de ceux-là.

 

A chaque fois, c’est pareil.

C’est toujours la même question qui revient …. :

« MAIS BON SANG ! MAIS QU’EST-CE QUI M’A PRIS D’ALLER ACHETER UN MEUBLE A CONSTRUIRE CHEZ I**A …? »

error: Contenu protégé