Où l’on verra que Marc Chagall lui-même a puisé son inspiration dans l’imaginaire du siècle d’or de l’Empire Abbasside.
L’Episode précédent,

Cliquez ici

Belgamine se donne des grands airs, mais en vrai, toujours confinée, elle s’ennuie ferme!

Jamais bien sûr elle n’en conviendrait !

Saliha cependant n’est pas dupe …

… Et quand c’est parti …
… Il faut suivre !
Belgamine a trop hâte de lever le voile.

Saliha, elle, masque un rire narquois.

Est-ce son imagination fertile? Ou El Zeimer le marin aurait-il perçu quelque mouvement furtif ?

Hypocrite, Ibn Zeitoun? Hmm ! Il regarde ailleurs et fait mine de rien.Mais qui sait? …

Les luttes de pouvoir vont se loger jusque dans les plus infimes replis du langage.
L’hospitalité coutumière prend des airs ostentatoires chez le magnat de l’Or Vert.
Néanmoins, quelle musique ! Quelle voix surtout !

El Zeimer le Marin « i-doukh », il est pris de vertiges.

Cependant, l’espace d’une seconde un éclair passe dans le regard d’Ibn Zeïtoun, tel l’épervier qui repère sa proie.

Vous voulez être de la fête?
Cliquez ici
Ce soir là, invité à passer la nuit chez son hôte, El Zeimer le Marin dort d’un sommeil profond peuplé de rêves d’Amours passionnées et de fougueuses chevauchées.
Kalila, lui, dans la nuit glaciale du désert, attend toujours à la porte du ksar.
En fin connaisseur des moeurs de cour, il rumine des pensées amères sur l’hospitalité à charge de revanche que pratiquent les hommes.
error: Contenu protégé