La semaine dernière, je vous avais concocté un petit jeu (ici, pour les retardataires) ; c’est l’occasion d’exhumer quelques photographies de cette belle frégate, l’Hermione, sur le pont de laquelle j’ai posé les pieds avec une vive émotion (si, si, vraiment) il y a quelques années, après en avoir suivi de loin en loin la construction ….

De que progrès depuis notre première rencontre, quand les hommes de l’art, dans le radoub, n’en étaient encore qu’à assembler l’impressionnante vaste cage thoracique de sa coque.
Je l’ai revue plus tard, quand les pontons étaient en cours d’assemblage.
Ce jour-là, elle venait de rentrer au port, à Rochefort, après avoir été jusqu’en Amérique. Le démontage des mâts avait déjà commencé en prévision des mois d’hiver.

On entre par les ateliers. Et c’est l’odeur du chanvre qui prévaut.
Des voix résonnent sur les hautes tentes : les voiles ont été démontées, les équipes travaillent au bien-être de la Dame.

Et sortant sous le soleil qui ce jour-là éblouit, la voilà, enfin !, qui nous accueille avec le lion altier de sa proue. Bon, j’avoue que sur l’instant, ce jaune vif ….

En faire lentement le tour, admirer l’élégance, s’habituer aux couleurs ….

Et enfin, poser le pied sur le pont, lever les yeux, admirer, baisser le regard, admirer encore ! La prouesse de cette reconstitution, la noblesse des matériaux, la minutie des assemblages …

Et les couleurs, toujours ….

Il ne me reste plus aujourd’hui qu’à la voir naviguer ….

Comme ce n’est pas pour tout de suite, je vous propose d’aller chercher l’aventure au coin de votre rue (mais à moins d’un kilomètre, hein ?) …

error: Contenu protégé