En rayons

La Terre porte en elle
Des cicatrices
Virgules ombrées
Yeux doucement refermés.

  

 

 

 

 

 

 

La Terre sent sur elle
Des fantômes
Vapeurs éthérées
Visages doucement envolés

   (nous sommes ainsi…)
Cicatrices et fantômes,
   Creuses comme des néants
   Et lourds comme des pierres,
S’incrustent dans nos chairs
Et plissent nos âmes
En silence.

Griffures et boursouflures
Dans les larmes du temps

 

 

 

 

 

 

 

 

error: Contenu protégé