En rayons

 

Feuillus

Branchus

Pansus

Touffus …

 

Bois des amours gravées dans l’écorce qu’on croyait immortelle,

 

Petit bois des chansons fredonnées,

Y a un arbre, pigeon vole,
Mon cœur vole,
Pigeon vole et s’envole,
Y a un arbre, pigeon vole…

 

Mais derrière chez moi, savez-vous quoi qu’il y a ?

Derrière chez moi, il y a une grue.

Une autre grue,
toujours des grues,
qui nous semblent nous observer, et qui se tiennent prêtes, qui trônent et nous toisent comme des menaces que nul regard n’efface tout à fait.

Alors, aller voir ailleurs,
admirer encore la force, la puissance, le défi et l’obstination, et les vouloir croire inébranlables.

Se perdre dans le détail infime d’une feuille,
car il contient le monde.

y voir une écriture,
un dess(e)in,

jusque dans la moindre plante,
jusque dans leurs ombres projetées …

Maintenant, prenez le temps …

Le temps d’écouter :

error: Contenu protégé