En rayons

Vous avez lu le titre ? Vous avez lu l’article !

Mais oui, c’est merveilleux !

Grâce à l’invention de la langue de polyuréthane, qui est à la rhétorique ce que la langue de bois est à la sincérité, nous pouvons maintenant nous exprimer d’une manière supérieurement poétique.

A la manière d’Antoine de Saint-Exupéry dessinant une caisse contenant le mouton que le Petit Prince veut qu’il lui dessine, je peux, moi, avec très peu d’investissement écrire votre article (le vôtre, pour vous tout seul !) si vous me demandez d’écrire un article.

Qu’est-ce que la langue de polyuréthane ?
Le polyuréthane se trouve au rayon bricolage. C’est une pâte molle qui a la propriété de gonfler gonfler gonfler au contact de l’air. Ça donne une espèce de mousse qui durcit rapidement, c’est une mousse expansive. Un peu comme l’artichaut de Coluche, ce plat du pauvre qui en a plus dans son assiette après avoir mangé qu’avant.

Eh bien là, c’est la même chose. Avec la langue de polyuréthane, on fait du bricolage de langue, on devient bricoleur de langage.

« Mais où est la poésie, Sage ? » me direz-vous. (je vous entends, Catherine, Joëlle, Colette, Anne). Là, elle est là.

Quand je dis « Après », c’est donc que j’ai déjà dit quelque chose. Et ce qui va suivre va venir soit en complément, soit en contradiction. Suspens !

Et voilà que « Voilà » arrive. Comme une évidence, une présentation tranquille. Et tout le monde se rend devant l’évidence ; on reste coi. Allez, un petit calembour au passage : quoi. « Voilà quoi ? »

Sans attendre, la réponse arrive : « C’est compliqué ». Alors là, vous vous dites que je ne peux pas en dire plus et que vraiment, j’ai un gros problème et qu’est-ce que vous faites ? Vous compatissez et vous n’insistez pas. Même, vous gambergez et vous n’osez pas demander plus de précision.

Et mine de rien, je vous ai permis d’imaginer toutes sortes de choses.

Ces trois petites expressions, on les retrouve de plus en plus dans la bouche des bricoleurs de langage. Si vous avez une belle-sœur (si vous n’avez qu’un beauf, ce n’est pas grave, ça marche quand même), amusez-vous à compter le nombre de Après, de Voilà, de C’est compliqué quand elle vous raconte sa vie. Si vous avez une nièce, vous pouvez aussi compter les Du coup et les Pour le coup. Mais il n’y a pas QUE chez elles qu’on peut compter. Compliqué est le dernier mot à la mode, employé comme un échappatoire.

Comment conclure ? Après… Voilà… C’est compliqué…

error: Contenu protégé