En rayons

Si vous souhaitez regarder les photos accompagné d’une musique d’ambiance – Paco de Lucia: L’adagio du Concerto d’Aranjuez – cliquez sur le lien, il ouvre un nouvel onglet, faites démarrer la musique et revenez sans plus tarder voir les photos sur cet onglet

https://www.google.fr/search?client=firefox-b&source=hp&ei=5SJFW-jFL8yqUcubgsAD&q=paco+de+lucia+aranjuez+adagio&oq=Paco+de+Lucia+aranju&gs_l=psy-ab.1.1.0i203k1l2j0i22i30k1l8.2433.12168.0.17426.21.18.0.2.2.0.96.1549.18.18.0….0…1c..64.psy-ab..1.20.1560.0..0j35i39k1.0.ZWbqU5XSgsI

 

NERJA – La côte méditerranéenne

NERJA, à 35 Kilomètres de MALAGA, en remontant vers le Nord. En réalité, la côte est  orientée d’Est en Ouest; Elle fait face à la côte Marocaine qui est à moins de 200 Km au Sud. Ses habitants l’ont nommée « Balcon de l’Europe ». Elle est posée sur un falaise  échancrée de petites criques de sable gris et caillouteux. Du « Balcon », on aperçoit sur la gauche, plongeant dans la Méditerranée, les contreforts de la Sierra Nevada.

Ici, les bourgades de la côte comme celles qui sont accrochées aux flancs de la montagne sont presque uniformément blanches, au moins dans la partie la plus ancienne. Les petites rues étroites serpentent entre les blocs de maisons et préservent un peu de la chaleur de l’été. Elles rappellent parfois les anciens souks, mais vous ne le verrez pas parce que je n’ai pas trouvé de bonnes photos à faire.

Encore 30 kilomètres plus à l’Est, et la côte s’élargit en une petite plaine alluviale irriguée par un torrent qui dévale les pentes de la Sierra Nevada, le Rio Guadalféo. Les anciennes bourgades profitant des plages plus longue se sont étendues. Les immeubles étouffent la vielle ville quand elle n’a pas complètement disparu. Seuls émergent encore, perchés sur leur rocher,  les anciens ksars de Salobreña et Almuñecar.

On remonte alors les gorges du Rio Guadalféo  au pied du massif des Alpujaras et ses villages refuge de la fin de la Reconquista. On traverse la Sierra dominée pas des sommets encore enneigés qui culminent à 3400 m, pour déboucher enfin sur la plaine de Grenade.

GRENADE

« AL HAMRA », littéralement: « LA ROUGE »

« Le 2 janvier 1492, à 15 h, Boabdil, dernier roi maure de la dynastie des Abencérages, remet les clés de l’Alhambra aux Rois Catholiques, Rideau ! Cela met un terme définitif à 777 ans de présence musulmane en Espagne. L’épopée arabe d’Al-Andalus s’achève à Grenade… Malgré la promesse d’Isabelle la Catholique de respecter la liberté de culte et de préserver les mosquées, peu à peu, les musulmans sont victimes de persécutions et de violences. Il leur faut se convertir. Les mosquées et les palais sont saccagés, sauf l’Alhambra, dont la splendeur transcende les religions… » (Le Routard 2018 – Andalousie)

ALHAMRA – Le KSAR – Au fond, La SIERRA NEVADA

ALHAMRA – Le GENERALIFE

ALHAMRA – Les jardins du GENERALIFEALHAMRA – Le PALAIS  NASRIDE – La Cour aux Lions – Vue sur le quartier de l’ALBAICIN – Colonnes et arcades de la Cour aux Lions

CORDOUE

En 750 la dynastie des Omeyyades de Damas est renversée par les Abbassides. Les survivants se réfugient à Cordoue et y fondent par la suite un Califat rival de celui de Abbassides. Ces derniers vont établir leur capitale à Bagdad. La grande mosquée de Cordoue fonde la légitimité religieuse de ce nouveau Califat et rivalise de beauté avec l’ancienne « Mosquée des Omeyyades » de Damas. Traditionnellement considérée comme un foyer d’échange, de culture et de tolérance entre les trois religions du Livre, Cordoue donne naissance à Averroès et Maïmonide, le premier musulman, le second, juif, dont la pensée irriguera l’occident, y compris chrétien pendant quelques siècles.

CORDOUE – La Mosquée Cathédrale, 3 portes d’entrée sur le Patio des Orangers

CORDOUE – La Mosquée Cathédrale: à gauche le Mihrab, au centre, la Chapelle Royale, à droite la salle de prière

CORDOUE – Le « Mihrab » qui indique la « Qibla », la direction de La Mecque, vers laquelle se tournent les croyants pour la prière – A droite, une statue d’ange nous rappelle qu’avant d’être une mosquée, ce lieu fut une église, puis un lieu de culte partagé entre chrétiens et musulmans, puis mosquée quand ces derniers devinrent plus nombreux, pour finalement revenir au culte catholique. Aujourd’hui, si la mosquée est toujours chrétienne, elle est aussi un lieu culte pour les touristes. On pense que la première basilique chrétienne aurait été construite sur les ruines d’un temple romain qui lui-même aurait remplacé … quel monument érigé pour quelles croyances et quels rites … ?

CORDOUE, ce sont aussi des patios, des balcons et des murs couverts de fleurs. Les massifs de bougainvillier éclaboussent de couleur les murs blancs ensoleillés.Et sur le Guadalquivir, la grande Noria restaurée, plusieurs fois centenaire, qui ressemble à s’y méprendre à celles de  Hama en Syrie, qui puisent les eaux de l’Oronte et pourraient dater de l’époque romaine.

CARMONA

5000 ans que ce bled est habité ! On comprend pourquoi quand, venant de Cordoue, on l’aperçoit de loin, petite bourgade blanche perchée sur un promontoire qui domine une vaste plaine, à une trentaine de kilomètres à l’Est de Séville. Pour l’atteindre on doit prendre une petite route assez raide qui contourne l’éperon rocheux pour parvenir à l’entrée par la Porte de Séville, au pied de l’ancien Ksar. Une halte agréable pour se reposer du soleil et de la chaleur de la route en musardant sans but précis dans ses ruelles étroites, s’assoir sur un banc, à l’ombre, pour manger une glace, découvrir un monument, grimper au sommet de la tour du Ksar qui domine les toits, les dômes, les clochers et au loin, sur la plaine, » le soleil qui poudroie et l’herbe qui verdoie » car c’est le printemps.

A gauche, un tableau exposé dans la petite galerie qu’abrite le Ksar

La Porte de Séville

Vues sur la ville

Pour finir cette petite escapade, et aussi parce qu »il ne faudrait tout de même pas croire que vous allez vous en tirer à bon compte en laissant juste un commentaire (élogieux quand même, enfin j’espère, vous êtes polis, non ? – « NON! » -Ah ! … Bon … ! Tant pis … Mais au moins:) … pour finir, donc , disais-je, je vous invite à faire marcher votre imagination et participer activement en suivant les indications, là, juste en-dessous des dernières photos. Et si vous ne voulez pas, tant pis pour vous, moi, j’m’en fous un peu après tout, je dis ça, c’est pour vous ! 

BON ! ALORS ?

 

error: Contenu protégé